4ème édition 2020Concours de films
très courts en
3 plans et 30 sec.

mai 25 2020 EXPOSITION CINÉHAÏKU, GORDES

À l’occasion de sa deuxième édition et pour prolonger le désir Cinéhaïku, le Festival invite des artistes contemporains à présenter un film réalisé spécialement et qui donnera lieu à une exposition dédiée. Dix regards, dix approches, pour déployer encore l’imaginaire visuel autour de cette forme poétique à la plasticité infinie.

Parmi ceux-ci, le plasticien français Xavier Veilhan, dont les œuvres font l’objet d’une reconnaissance internationale, et qui a représenté le pavillon français lors de la 57e Biennale d’art de Venise.

Nous accueillerons aussi les artistes suivants : Annabelle Amoros, une artiste vidéaste dont les œuvres ont été présentées aux Rencontres d’Arles ou au Musée de la chasse et de la nature à Paris; Claire Adelfang, artiste vidéaste et photographe basée à Paris, représentée par la galerie Thaddaeus Ropac (Paris-Salzbourg-Londres) ; Elsa Brès, architecte et artiste dont les films ont été présentés à Loop Barcelona, ​​FID Marseille, Festival du court métrage de Hambourg ; Louis Cyprien Rials, photographe et vidéaste, il a parcouru l’Irak, l’Arménie ou encore le Kazakhstan, réaliser des films sur ces paysages, qu’il décrit comme des «parcs naturels non intentionnels». Il vient de remporter le prix Sam Art Projects (2018, Paris) ; Marcel Dinahet, artiste français représenté par la galerie Les filles du Calvaire (Paris) et Domobaal (Londres), et dont les vidéos ont un seul sujet : l’eau ; Emmanuel Lagarrigue, artiste français, il explore les thèmes du langage, de la mémoire et de la perception à travers la vidéo, l’installation sonore, la photographie ou la sculpture. Représenté par la galerie parisienne Sultana, son exposition la plus récente, Appassionata, est une installation en 3 actes sur 3 mois, sous la forme d’un opéra.

Natasha Nisic, artiste française lauréate de la Villa Kujoyama en 2001 et 2016 et de la Villa Médicis en 2007, réalise, à travers différents médias, un travail sur la mémoire, le passé et le présent, le visible et l’invisible. Ses expositions personnelles les plus remarquables incluent Haus / raus-aus (Le Plateau, Frac Ile-de-France) et Effroi (Musée Zadkine) ; Oscar Santillan est né en Équateur en 1980 et travaille entre l’Équateur et les Pays-Bas. Diplômé de la Virginia Commonwealth University section sculpture, il rejoint ensuite la Jan Van Eyck Academie aux Pays-Bas et de nombreuses autres résidences (Fondazione Ratti en Italie, Seven Below aux Etats-Unis). Son oeuvre, sans préférence de média, est représentée par la galerie Copperfield à Londres, Mazzoli à Berlin et Parque à Mexico ; Fern Silva vit et travaille à New York, et a étudié l’art et le cinéma au Massachusetts College of Art et au Bard College, État de New York. Ses films en 16mm dessine une œuvre expérimentale projetée et présentée dans divers festivals, galeries et musées, notamment à Toronto, Berlin, Locarno, Paris, Rotterdam, New York, Londres, Melbourne et Hong Kong. Il intervient également comme professeur invité au Bennington College, Vermont.

Carine Soyer, rédactrice en chef de la revue d’art Profane, anime le festival de cette année. La scénographie est supervisée par Alexis Bertrand (Studio Venezia, 57ème Biennale d’Art de Venise, Château de Rentilly – 2014).