Winners – first edition

Ferhat Mouhali (Semaine du 06 au 12 mars 2017)

“Ferhat Mouhali réalise des films documentaires en Algérie et en France depuis plusieurs années. Son premier court-métrage “Heureusement que le temps passe” a obtenu le prix du jury du festival du film amazigh de Tizi Ouzou en 2012 et le prix du public de festival Point Doc en 2013. Il travaille actuellement avec Carole Filiu-Mouhali sur le documentaire “Ne nous racontez plus d’histoires” portant sur la transmission de la mémoire de la guerre d’Algérie.”

LAURENCE VUARAMBON (SEMAINE DU 13 AU 19 MARS 2017)

“Architecte d’intérieur de formation, j‘enseigne actuellement le dessin d’architecture  au CFPA (Centre de Formation Professionnel en Art) à Genève.

En parallèle de mes activités professionnelles, j’explore des domaines plus artistiques tels que la photographie, la vidéo et le collage.

Je travaille actuellement sur un projet de vidéo sur le thème des effets du vent et du mouvement appelé « souffles », inspiré par le haïku  de Taneda Santoka:

Soudain
Une ombre passe
Le vent

Le film proposé pour cinehaïku, assemble des images extraites de ce projet.

Je l’ai appelé “Wixia”, terme qui décrit en yanomany la notion de souffle vital associé en nous à la respiration et auX battements du coeur,

Comme le haïku, il se regarde (ou se lit) en une seule respiration.”

ANA TARAN (SEMAINE DU 20 AU 26 MARS 2017)

“J’ai 24 ans et je suis originaire de Roumanie, j’étudie au département Cinéma de la Haute École d’Art et de Design de Genève. Mon court-métrage expérimental « Behind the Moon » a été nominé à deux concours internationaux : Corto in Accademia, 2016, Macerata, Italie et ZOOM – ZBLIŻENIA, 2017, Jelenia Gora, Pologne. En outre, mon court-métrage « Tilia Occidentalis » a été projeté dans plusieurs villes roumaines, lors du Festival Les Très Courts, organisé par l’Institut français de Bucarest.

Actuellement, je suis en train de monter un nouveau court-métrage à mon école et j’envisage de commencer, en avril, un projet documentaire. J’avoue que ce fut un grand plaisir pour moi de découvrir le concours des ciné-haïkus, parce qu’au lycée, j’ai déjà écrit des haïkus en français et, avec quelques collègues, on a même publié un petit livre avec ces créations. Je n’ai jamais pensé que je récrirais  des haïkus avec « des images en mouvement ». Je vous remercie pour cette chance unique !”

Alexandra Dascălu (SEMAINE DU 27 mars AU 02 avril 2017)

“Avide photographe, complètement en amour avec la poésie visuelle et depuis toujours avec le cinéma. J’ai finalement réussi à faire les premiers pas en ce qui concerne le désir palpitant, le besoin de plus en plus fort de m’exprimer à travers la vidéo. Trouver le courage de prendre l’opportunité que le concours Cinehaïku m’a donnésignifie ma décision de commencer, c’est le début.”

Pim Janssen (SEMAINE DU 03 AU 09 avril 2017)

“I am Pim Janssen; a 21 year old Dutch student. I have been into filmmaking since I was a kid and I started reminiscing about how my friends and I would make all kinds of silly short films when the sun came out. I wanted the haïku I made to capture that nostalgic feeling the start of spring brings.”

Marta Mondelli (Semaine du 10 au 16 avril 2017)

“Shot with a digital camera on an early spring morning in New York City, this video captured a moment of peace during rush hour. Under the thin rain, reflections of buildings and trees were moving and two squirrels were having breakfast.”

Lily Hb (Olivia Bonneau) (Semaine du 17 au 23 avril 2017)

“A la recherche d’instants, de moments à ne pas oublier … et si finalement, on avait la possibilité de relier ces instants entre eux … Peut être en sortirait il une nouvelle réalité empreinte de ce que nous sommes vraiment … comme cousus d’un fil invisible !!! Et la magie des photos prend vie !!!!”

Skyler Johnson (SEMAINE DU 24 mars AU 30 avril 2017)

“This video was made by Skyler Johnson and Anna Marchisello, a collaborative duo from Brooklyn NY who met in school at NYU. Anna has a performance and video art background and Skyler is a film editor.”

Lorenna Martin (SEMAINE DU 1 mai Au 7 mai 2017)

“Matinée ensoleillé des premiers rayons du printemps, je refais le tour de la maison de mon enfance. J’y trouve quelques petits objets simples et fascinants, ainsi nait ce haïku.
Étudiante en audiovisuel à l’ESAV de Toulouse, je me suis d’abord intéressé à la photographie avant de découvrir toute la richesse que peuvent apporter le mouvement et le son à l’image.”

Nada Hasish (SEMAINE DU 8 mai Au 14 mai 2017)

“Nada is an up and coming Director whose love for visual language began through photography and developed into filmmaking over the years. She loves making travel films and is currently focused on making her debut in commercial storytelling and documentary films.
Nada’s biggest inspirations in terms of aesthetic are Nicholas Winding Refn and Spike Jones , and she enjoys the storytelling of Alejandro González Iñárritu and Sean Durkin.”

Guillaume Rouyer (SEMAINE DU 15 mai Au 21 mai 2017)

“Diplômé d’un master en médiation culturelle, d’abord attiré par le théâtre puis par la photographie, c’est naturellement, de je me suis dirigé vers le cinéma et plus particulièrement vers la production.Dans cet Haïku, j’ai voulu évoqué une rêverie, un mélange de brouillard, le souffle du vent qui rythme la valse du rideau, pour se rendormir à nouveau.”

Pedro Brito (SEMAINE DU 22 mai Au 28 mai 2017)

“Pedro Brito is a cinema student and filmmaker from Brazil. His haiku “Sakura” was made with images from a Washington DC park in US, during the cherry blossom bloom.”

Maxime Croyal (SEMAINE DU 29 mai Au 4 juin 2017)

“Après un stage de réalisation de documentaires au Québec durant 4 mois, j’ai pris de belles images de la ville de Québec avec un système de sténopé dont je me suis servis pour réaliser ce Cinéhaïku.”

Maud Flamand (SEMAINE DU 5 au 11 juin 2017)

“Je suis peintre et parfois décoratrice pour le cinéma. Sans le sujet de ce concours; Haïku, je n’aurais probablement pas eu l’occasion de trouver un langage cinématographique propre à me projeter dans cette première expérience en tant que réalisatrice. J’ai beaucoup aimé créer un instant total, un rêve éveillé grâce à ce thème poétique.”

Marion Neumann (SEMAINE DU 12 au 18 juin 2017)